Voyage paroissial

8 mars 2017

 

Voyage paroissial du lundi 20 au vendredi 24 février 2017

Bilan du voyage

Le voyage paroissial à la découverte du patrimoine très riche engendré entre autres par les pélerins du chemin de st Jacques de Compostelle (l’extrordinaire basilique de st Cernin, le site merveilleux de Conques, le cloitre paisible de Moissac, le rocher incroyable de Rocamadour, le charme du centre de Montauban, la buccolique chapelle de ND de Livron) s’est doublé de la rencontre de moines, religieuses, pretres et de l’évêque de Montauban. Riches échanges, groupe très sympthique et très soudé, soirée récréative et pleines de bons rires : on peut dire qu’à l’unanimité, ce temps vécu comme une fraternelle aventure a été très réussi. Déjà le projet d’un nouveau voyage est souhaité par beaucoup… La soirée témoignages et photos aura lieu le 18 avril 2017.

Présentation du voyage

Un bon groupe de paroissiens part dans le diocèse de Montauban qui va fêter cette année le 700° anniversaire de sa fondation. Deux liens unissent Avignon et cette ville : C’est au pape d’Avignon Jean XXII que l’on doit la création du diocèse de Montauban en 1317. Et l’actuel évêque est issu du clergé du diocèse d’Avignon en la personne de Mgr Bernard Ginoux.

Pour le voyage, prévoir :

  • carte d’identité et carte de sécurité sociale,
  • repas froid à partager pour le lundi midi,
  • quelques jeux pour la veillée jeux de mardi soir.
  • serviettes de bain et draps 1 place (si possible).

Départ Lundi 20 février à 6h15, place de l’Eglise de Montfavet.

Repas et hébergement chaque soir chez les soeurs de Notre Dame de Livron. 

Vendredi retour vers 14h pour arriver à Montfavet entre 18h et 20h selon la circulation.

Notice historique de la Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption de MONTAUBAN

Monument historique (Tarn-et-Garonne). Après les guerres de religion et l’incendie en 1561 de la cathédrale médiévale, la ville redevient catholique en 1629. Mais ce n’est qu’à partir de 1692 que la cathédrale est reconstruite. Pour ce faire, Louis XIV sollicite ses meilleurs architectes ; ses armes ornent le fronton de la façade. La consécration a lieu en 1539. Construit sur un plan en forme de croix grecque, en pierre blanche, l’édifice est très lumineux. Parmi ses tableaux, le Vœu de Louis XIII peint par Ingres en 1824, vient tout juste d’être restauré.

St Théodard, patron de Montauban

Théodard ou Audard naquit en 840 dans une famille chrétienne, de la région de Montauban... Il connut une jeunesse studieuse. Sous-diacre, il accompagna l’évêque de Narbonne dont il devint le secrétaire. Archidiacre, il fut chargé de grandes missions et fut élu évêque. Dans cette région qui avait été très bouleversée par les invasions des Sarrasins, il entreprit de tout restaurer. Malheureusement, ils débarquaient souvent encore dans les environs de Narbonne, commettant beaucoup d’atrocités, emmenant avec eux des captifs. Il soutint son peuple dans ces épreuves. Il utilise ses biens pour secourir les pauvres et racheter les captifs... Parvenu à la fin de sa vie, Théodard a dépensé toute sa fortune au service de l’Église de Narbonne. Il sent ses forces décliner et il désire venir vivre ses derniers jours dans le monastère Saint-Martin qu’avait fondé sa famille. Reçu avec beaucoup de joie par les moines, il meurt le 1er mai 893.
Il laisse un testament spirituel qu’il termine par une prière : « Père très bon, assiste ton serviteur, tout indigne qu’il est de ton amitié, car il ne doute pas, malgré tout, de ta miséricorde et de ton amour. Reçois mon âme dans la paix. Et toi, qui est vraiment notre avocat, à la fois Dieu et homme, Seigneur Jésus Christ, je t’ai aimé de tout mon cœur, de tout mon esprit, de toutes mes forces, et je t’aime et t’aimerai toujours... ». Enseveli à Montauban, il est rapidement honoré comme un saint...
Ses reliques se trouvent à Villebrumier (15 km de Montauban) dans une châsse déposée en 1592 dans l’église aujourd’hui disparue et déposée ensuite dans celle qui lui est dédiée en 1721. Une statue érigée en 1874 dans cette commune le représente dans un costume épiscopal. Nous plaçons sous son sarcophage des bougies de couleurs vertes que l’on donne aux malades pour améliorer leur santé. Au monastère de Montauriol au pays de Montauban, en 893, le trépas de saint Théodard, évêque de Narbonne, qui restaura sa cathédrale et se fit remarquer par son zèle pour la discipline. Atteint de fièvre, il se retira chez les moines de sa ville natale, où il mourut. "Te chercher et t’aimer n’ont jamais cessé d’être la première de mes préoccupations", disait-il dans sa prière sur son lit de mort.