Journée nationale du Secours Catholique 2017

17 novembre 2017

Des seniors isolés en difficulté, des jeunes qui ne trouvent pas leur place

Le slogan des stagiaires « génération précaire » pourrait s’appliquer également à leurs aînés. Si les jeunes prennent leur autonomie de plus en plus tard, la faute à un marché du travail difficile et des logements aux prix inabordables, les plus âgés souffrent également de conditions de vie dégradées. La part des adultes âgés de plus de 50 ans, accueillis par l’association, a régulièrement augmenté au cours des quinze dernières années. La proportion des plus de 60 ans a quant à elle presque doublé, passant de 5 % en 2000 à près de 10 % en 2016. Ce vieillissement progressif des adultes rencontrés touche principalement les adultes de nationalité française : leur âge médian a augmenté de 6 ans au cours des quinze dernières années, passant de 36 à 42 ans.

Cette précarité croissante des seniors est avant tout le reflet d’une paupérisation des personnes âgées isolées. À l’inverse, la part des adultes autonomes les plus jeunes a eu tendance à diminuer, en particulier celle des jeunes de moins de 30 ans.

Isolement et besoins de base

Quand la première des demandes est l’écoute (60%) on mesure combien l’exclusion est grande et combien les personnes en situation de précarité, en plus de leurs difficultés matérielles, font face à une solitude immense voire à une mise au ban de notre société. C’est d’autant plus vrai pour les étrangers, en situation régulière ou non, qui, souvent, ne bénéficient pas d’un habitat stable. Isolement et cohésion sociale ne font pas bon ménage.

Le deuxième besoin exprimé est lié à l’alimentation (56%). Nous sommes ici dans les besoins de base ! Loin de toute fioriture, on note également que le logement est une dépense majeure, si ce n’est la dépense principale, des personnes en difficulté. Ainsi, en l’absence d’aides spécifiques, les ménages rencontrés consacreraient près de la moitié de leurs ressources au paiement de leur loyer. Ce taux d’effort descend à 16,5% grâce aux APL.

A l’heure où le gouvernement veut remettre à plat les aides personnalisées au logement, il est essentiel d’avoir en tête à quel point les APL permettent de diminuer pour les revenus modestes la charge que représente les loyers... Or, le logement concentre les impayés des ménages précaires : 42,5% des impayés concernent le loyer et 41% l’énergie.

En Vaucluse,

Ce sont près de 423 bénévoles répartis dans 35 équipes locales qui font vivre 30 lieux d’accueil et accompagnent au quotidien des familles et des personnes précarisées en partenariat étroit avec les services sociaux et les institutions.

Les plus touchés par la pauvreté en général, en 2016 :

  • Les femmes seules (20,3 %),
  • Les hommes seuls (20,6 %), 
  • Les mères seules (28,2 %),
  • Et les jeunes entre 25/49 ans (62,2%),

Les principales demandes sont :

  • L’aide alimentaire :(66,9 %) 
  • Les demandes d’aides énergétiques (loyer, facture d’énergie, d’eau) : (27,2%)

Les week-ends des 18 & 19 novembre et jusqu’à la fin de décembre, les bénévoles du Vaucluse seront présents sur tout le département et proposeront des animations, des concerts, des rencontres, repas paroissial…Vous les rencontrerez également sur les marchés, dans les rues, et ce, afin de faire connaître les actions qu’ils mènent sur tout le territoire, en agissant avec les personnes les plus vulnérables.

Ici à Montfavet,

  • Permanence d’accueil de 10h à 11h30, tous les mardis, salle Don Bosco, 
  • Soutien scolaire et d’alphabétisation, tous les lundis, à 17h
  • Dimanche 19 novembre, la quête sera faite pour le Secours Catholique qui organise sa collecte annuelle. Les dons recueillis finaceront leurs actions auprès des sans abris, familles précaires, personnes isolées, mal logées, etc… Ici à Montfavet, nous organiserons mis à part l’affichage et la distributions d’enveloppes à la sortie de l’église, un apéritif offert aux paroissiens à la sortie et nous mettrons une animation sous forme d’un support où les personnes pourront accrocher leurs intentions et leurs idées sur ce que la pauvreté représente pour eux.