« L’Eglise est en sortie »… depuis toujours !

6 octobre 2019

Le Pape François ne fait que rappeler cet élan missionnaire impulsé par le Christ ressuscité à ses apôtres et amis : « Allez de toutes les nations… »
Rien de nouveau, et en même c’est toujours à reprendre, chaque matin… !

Mais comment ? Sans résignation, ni prosélytisme nous dit le Pape François ! Ecoutons-le dans un propos qu’il a adressé à ses collaborateurs chargés de la communication. Ecoutons-le pour le vivre humblement mais réelement dans notre quotidien auprès de nos proches, à la maison, au travail, à la sortie d’école, dans nos activités de loisirs…, dans les imprévus ! Ecoutons-le à travers cet article paru le 23 Sept. dernier sur le site de Vatican.news.

Délaissant le discours qui était prévu, le Pape François a préféré s’exprimer sans texte afin d’expliquer que pour bien communiquer, il fallait « se communiquer » soi-même, afin de transmettre « le vrai, le juste, le bon et le beau » « avec l’esprit, avec le cœur, avec les mains », en se situant toujours dans une logique relationnelle. Il faut se donner tout entier pour délivrer une communication incarnée, et c’est d’ailleurs dans l’amour que se vit « la plénitude de la communication ». Il ne faut donc pas se contenter de « faire de la publicité comme les entreprises humaines qui cherchent à avoir plus de gens ». « L’Église ne grandit pas par prosélytisme, mais par attraction », c’est-à-dire par témoignage », a déclaré François, en reprenant des propos de Benoît XVI.

« Si vous voulez communiquer seulement une vérité sans la bonté et la beauté, arrêtez-vous, ne le faites pas. Si vous voulez communiquer une vérité plus ou moins, mais sans vous impliquer, sans témoigner de cette vérité avec votre propre vie et votre propre chair, arrêtez-vous, ne le faites pas ».

François a aussi averti sur les risques d’une « certaine résignation, qui entre souvent dans le cœur des chrétiens », qui se plaignent d’un « monde païen », mais qui en fait a toujours existé. « Jésus demande au Père, dans la dernière Cène, de prendre soin des disciples pour qu’ils ne tombent pas dans le monde, ou dans la mondanité. »
« L’ambiance de mondanité n’est pas une chose nouvelle du XXIe siècle », a rappelé le Pape, en avertissant sur les risques de construire une « Église petite mais authentique », comme certains semblent le souhaiter. Cette tendance lui donne « de l’allergie » car elle correspond en réalité à un « repli sur soi ». Si l’on imagine l’Église du futur comme une petite « Église des élus », cela revient à tomber une nouvelle fois dans « l’hérésie des Esséniens ». « La résignation dans la défaite culturelle vient du mauvais esprit, elle ne vient pas de Dieu », a-t-il martelé. Il faut au contraire avoir un esprit missionnaire par le témoignage, par l’exemplarité dans le comportement, en pensant à ce que saint François d’Assise disait à ses frères : « Prêchez l’Évangile, et si c’est nécessaire, aussi avec les paroles ». Le témoignage de vie est donc prioritaire par rapport aux mots.

Le Pape a donc invité à une communication « austère mais belle », sans fioritures inutiles. Il faut revenir à l’esprit des Actes des Apôtres : « Lisons ce bijou qu’est le Livre des Actes des Apôtres, et nous verrons comment on communiquait à cette époque et comment est la communication chrétienne ».

Encore aujourd’hui, ce que le Seigneur nous demande c’est de « communiquer la joie de l’Évangile », a conclu le Saint-Père.